Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Mondial (F) 2019 : Le Monde rend hommage aux Lionnes indomptables !

Des Lionnes Indomptables en extase ! Des Lionnes Indomptables en extase ! Archives

Le journal français Le Monde a publié, jeudi 06 juin, un dossier spécial sur les sélections africaines prenant part, cette année, en France, à la huitième édition de la Coupe du monde de football féminin. Parmi ces représentantes du continent noir (Nigeria, Cameroun, Afrique du Sud) celle des Lionnes indomptables, vice-championnes d’Afrique, bénéficie d’un traitement on ne peut plus flatteur de la part du quotidien de l’Hexagone.

À  titre d’illustration, Le Monde rappelle lors de la dernière Coupe du monde féminine de football, en 2015 au Canada, les trois sélections africaines étaient le Nigeria, le Cameroun et la Côte d’Ivoire. Cependant, « seules les Lionnes indomptables avaient franchi le premier tour, avant d’être éliminées par la Chine en huitième de finale ». Au regard du tirage au sort, Le Monde Afrique estime à tort ou à raison que le Cameroun est sans doute « celui qui s’en sort le mieux »,  avec le Canada, les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande.

Malgré une élimination en huitième de finale de la coupe du monde 2015 au Canada, Alexis Billebault note que le Cameroun est perçu comme « un perdant magnifique » en Afrique. « Il a atteint quatre fois la finale de la CAN, mais sans jamais la remporter, et en novembre 2018 à Accra, le Nigeria, son habituel bourreau, l’a battu en demi-finale à l’issue d’une séance de tirs au but. Cela n’a pas empêché les Lionnes de se qualifier pour la Coupe du monde ». Pour cette année en France, les pouliches de Alain Djeumfa visent le même objectif qu’en 2015, et « leurs chances sont réelles ». Le nouveau sélectionneur des Lionnes indomptables pourra, pour cela, s’appuyer sur « ses expatriées »,  - Gabrielle Onguéné (CSKA Moscou), Gaëlle Enganamouit (sans club) ; ou encore Augustine Ejangue (Arna-Bjornar, Norvège) - ; mais surtout sur des binationales, comme Marie-Aurelle Awona (Dijon FCO, France) ou Michaela Abam (Paris FC), née aux Etats-Unis.

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut