Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Caf : Ahmad Ahmad charge Issa Hayatou et qualifie sa gestion d’« échec »

Ahmad Ahmad, président de la Caf Ahmad Ahmad, président de la Caf Archives

Très souvent en football, la meilleure défense c’est l’attaque. Fragilisé par des « affaires »,  Ahmad Ahmad fait le dos rond et accuse son « prédécesseur » et ancien président de la confédération, Issa Hayatou dont il qualifie la gestion d’ « échec », dans un entretien à France Football. Interrogé le retrait de l’organisation de la Can 2019 au Cameroun au profit de l’Egypte, Ahmad Ahmad explique que cette mesure d’urgence est le reflet de « l’échec de la gestion de la présidence passée », qui d’après lui, ne tenait pas compte des critères techniques et attribuait les Can « par un semblant de vote ». Auparavant, affirme l’actuel patron de l’institution en charge de l’organisation du football africain, « les attributions de Can étaient avant tout un argument électoral pour le président de la Caf [Issa Hayatou Ndlr]. C’était un problème ».

Ahmad Ahmad dit avoir hérité d’une institution « totalement dépourvue de règles ». Une structure au sein de laquelle même la nomination des responsables (cadres de la Caf, membres des cabinets)  se faisaient « sans contrat ».  « À mon arrivée, explique-t-il,  j’ai demandé à étudier les contrats des collaborateurs de mon prédécesseur. Ils n’existaient pas. J’ai demandé qu’on mette un terme à ces collaborations ». Et lorsqu’on lui rétorque son goût affiché pour le luxe, et l’achat de trois Range Rover dont l’un à 160 000 euros, Ahmad rappelle que « la Caf n’est pas une petite institution, elle a les moyens d’allouer des véhicules de qualité à ses dirigeants ». Ce d’autant que, croit-il savoir, « [S]on prédécesseur avait une Mercedes au Caire et une BMW au Cameroun ».

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut