Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Parcours : Qui est Aïssa Doumara Ngatansou, première lauréate du « Prix Simone Veil » ?

Aissa  Doumara Ngatansou, premier "Prix Simone  Veil " Aissa Doumara Ngatansou, premier "Prix Simone Veil " Archives

Orpheline de mère à l’âge de 11 ans, Aïssa Doumara Ngatansou est donnée en mariage sans consentement lorsqu’elle a 15 ans. C’est sûrement là le début de sa bataille. Elle devra tenir tête à sa belle-famille pour terminer ses études secondaires. Régulièrement battue par son mari, elle finit par quitter ce foyer et se consacre à la lutte contre les violences faîtes aux femmes. En cofondant en 1996 l’Association de lutte contre les violences faîtes aux femmes (ALFV), Aïssa Doumara Ngatansou a désormais une tribune officielle pour mener ses actions. 23 ans donc qu’elle et sec partenaires sont sur le terrain, plus de 20 ans de lutte acharnée contre les violences faîtes aux femmes. « Ce que nous faisons tous les jours, c’est redonner goût à la vie, retourner tous les pouvoirs que les femmes ont perdu ».

Telle est l'essence de la bataille de son association. Aïssa Doumara Ngatansou s’inspire de sa propre expérience pour aller jusqu’au bout de ses batailles. En 2015, l’ALFV, avec d’autres associations et membres de la société civile plaident pour l’adoption d’une loi contre les violences faîtes aux femmes au Cameroun. Sur le terrain, l’œuvre consiste à aller de Village en village faire de la Sensibilisation afin qu’aucune jeune fille ne soit donnée en mariage avant la fin de ses études, même si pour cela elle doit le plus souvent faire face aux famille des victimes. Au fil du temps, le combat de Aïssa Doumara Ngatansou s’est adapté aux maux qui minent sa société. Elle compte désormais parmi ses « survivantes », les femmes victimes des exactions de Boko Haram. Aïssa Doumara Ngatansou est née en 1972 dans le nord Cameroun et est mère de 3 enfants.

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut