Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Nouvel album : « 1959 », l’hommage de Blick Bassy à Ruben Um Nyobè

L'artiste Blick Bassy chante pour Um Nyobè L'artiste Blick Bassy chante pour Um Nyobè Archives google

Alors que Mongo Beti, en1974, rend hommage au militant anticolonial camerounais Ruben Um Nyobè dans ce qui deviendra l’un des chefs-d’œuvre de la littérature africaine au lendemain des indépendances, Remember Ruben, naît à Yaoundé un certain Blick Bassy. Quarante-cinq ans plus tard, le chanteur et musicien biberonné à la culture bassa salue à son tour la mémoire de Mpodol (« celui qui porte la parole des siens » en bassa) dans son nouvel album, « 1958 ». En référence au triste 13 septembre 1958, date d’assassinat de Um Nyobè par l’armée coloniale française aux abords de Boumnyébel, son village natal.

Dans son quatrième album, le musicien camerounais salue la mémoire du leader indépendantiste. «  Ceux-là même qui ont combattu l’UPC [Union des populations du Cameroun] et ont renoncé à une indépendance totale contrairement à Ruben Um Nyobè. Résultat : nous sommes toujours colonisés. On le voit à travers la gestion du pays. Regardez les intérêts qui sont défendus ! », déplore Blick Bassy dans Le Monde. Tous ces thèmes sont présents dans son quatrième album, 1958, qui entend réhabiliter la figure de Ruben Um Nyobè et de tous ceux qui, comme Félix-Roland Moumié et Ernest Ouandié, ont donné leur vie pour libérer leur pays, dans Ngwa, « l’ami ».

« La nation camerounaise n’existe pas, elle est encore à construire »

Blick Bassy raconte le combat du nationaliste dans Maqui, demande aux politiques actuels de rendre des comptes dans Mpodol et regrette de voir les jeunes générations sacrifier les valeurs ancestrales et céder aux illusions de la société de consommation dans Ngui Yi, « l’ignorance ». « Ruben Um Nyobè avait bien compris qu’on allait diviser les Camerounais, les monter contre les Bamiléké et qu’on allait chercher à opposer les anglophones et les francophones. La seule solution aujourd’hui, c’est le fédéralisme. La nation camerounaise n’existe pas, elle est encore à construire », avance le guitariste et percussionniste. Co-fondateur du groupe Macase, Blick Bassy sera en concert à La Cigale le 15 avril et au Printemps de Bourges, en France, le 20 avril.

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut