Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Dénis Nkwebo désavoue Paul Chouta: « Le SNJC n’est pas la Croix-Rouge »

Dénis Nkwebo, président du Snjc Dénis Nkwebo, président du Snjc Archives

Critiqué, par certains internautes, pour n’avoir pas pris la défense du cyber-activiste, controversé, Paul Chouta - interpellé le 29 mai dernier à Yaoundé, puis placé sous mandat de dépôt provisoire à la prison centrale de Kondengui suite à une dénonciation de la romancière Calixthe Beyala, pour « diffamation »,  -le Syndicat National des Journalistes du Cameroun a réagi par la voix de son président de Dénis Nkwebo. « Le Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc) est une organisation qui défend les intérêts socioprofessionnels de ses membres », précise le journaliste sur sa page Facebook. «  Nous faisons la promotion des bonnes pratiques professionnelles. Nous sommes engagés au respect des règles d'éthique et de déontologie ».

Alors qu’on l’accuse, entre autres, d’avoir inventé de toutes pièces des interviews pour ternir l’image de Calixthe Beyala -Grand prix littéraire d'Afrique noire, Grand prix du roman de l'Académie française-, Paul Chouta, plus connu sur la toile sous le nom de « Tgv de l’info » est en réalité un cas embarrassant pour le Snjc. Association censée garantir les intérêts des seuls « vrais » journalistes, soucieux des règles universelles du métier. « Le Snjc, ironise Dénis NKwebo n'est pas la Croix-Rouge. Un vrai journaliste se fait obligation absolue de respecter les règles d'éthique et de déontologie ». Par conséquent, « tout exercice en marge des règles d'éthique et de déontologie relève d'un autre métier. Ceci est dit afin que nul n'en ignore ».

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut