Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Concours Miss Cameroun : Ingrid Solange Amougou écartée !

Ingrid Solange Amougou, Présidente du Comica. Ingrid Solange Amougou, Présidente du Comica. Archives

S’approprier le concours Miss Cameroun pour mieux l’organiser. Tel semble être la démarche du gouvernement camerounais. Dans un communiqué rendu public ce jeudi 20 décembre 2018, Narcisse Mouelle Ekombi, ministre des Arts et de la Culture (Minac) annonce  la décision des pouvoirs publics de se « réapproprier » le concept Miss Cameroun et subséquemment, l’organisation  du concours de beauté y relatif. « Cette option, précise le communiqué de presse, objet d’une prescription de la haute hiérarchie, est consécutive aux incidents récurrents ayant impacté négativement, ces dernières années, ledit concours ».

Ainsi, est-il question, selon Narcisse Mouelle Ekombi de « préserver » l’image de cet événement, « vitrine de la culture camerounaise », placé sous le haut patronage et la présidence de la première dame, Chantal Biya. Dès lors c’est le sort réservé à Ingrid Solange Amougou, jusqu’ici, présidente du Comité d’Organisation Miss Cameroun  (Comica) qui laisse songeur. Dans sa lettre, le Minac indique, sans la nommer,  que « la présidente » de l’association Comica a (juste) été « informée » de la décision concernant la « réappropriation », par l’Etat du concept « Miss Cameroun ».

Bras de fer en perspective ?
Ingrid Solange Amougou va-t-elle accepter de céder « son » concours Miss Cameroun e à l’Etat du Cameroun ? Rien n’est moins sûr. D’autant que la nouvelle de la récupération  de l’organisation du concours de beauté intervient au moment où sa promotrice annonce de nombreuses innovations pour la quatorzième édition, prévue l’an prochain. Il s’agit pour Ingrid Solange Amougou « rehausser le caractère prestigieux » de cet événement. Parmi les réformes annoncées, le changement de dénomination. Le concours « Miss Cameroun » devenant « Miss Cameroun new look ». Egalement, l’enveloppe octroyée à la lauréate devrait-elle augmenter, passant de 1 000 000 à 5 000 000 F Cfa. Un  projet désormais hypothétique au regard de la situation actuelle. Par ailleurs, le ministre des Arts et de la Culture informe le public  qu’il « désavoue » toute initiative relative à l’organisation par une quelconque association privée de l’élection « Miss  Cameroun » », sous tel ou tel « habillage dénominatif ». Toute chose qui laisse craindre un bras de fer dans les prochains jours

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut