Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Boycott des artistes: Valsero en appelle au « pardon » de la diaspora

Le rappeur Valsero sur scène. Un artiste engagé. Le rappeur Valsero sur scène. Un artiste engagé. Archives

Au moment où un lobby de Camerounais de la diaspora s’active pour le boycott, en Europe et aux Etats-Unis, des concerts des artistes ayant apporté leur soutien à la candidature du chef d’Etat réélu Paul Biya, le rappeur Valsero lance un appel à la « tolérance ». Très apprécié des compatriotes de l’étranger pour son engagement politique et son combat contre le régime en place, « le Général » comme il se fait appeler, loin de se réjouir, semble préoccupé par le mauvais traitement réservé à certains de ces collègues ces derniers jours, en France notamment où, prévu mercredi soir à Paris, le spectacle de la chanteuse de Bikutsi K-Tino a par exemple été avorté et que de nombreuses autres stars de la chanson camerounaise (Ben Decca, Mani Bella, Mathematik, Coco Argenté, Roméo Dika, sont dans le viseur des activistes.

Selon Valsero « c’est pas la peine de les boycotter, aucun de ces artistes n’a jamais pris ma défense publiquement, au contraire, les quelques frères qui m’ont témoigné de la sympathie se font copieusement insulter », regrette-t-il sur sa page facebook. Pour autant, pour le rappeur et auteur de « Lettre au président », « nous n’avons pas besoin d’être comme le système que nous combattons. (…) gardez en mémoire les principes d’amour et de tolérance. Ne vous laissez pas emporter par la colère et la provocation ça ne sert que le régime en place. (…) Pardonnez s’il vous plait, tolérez s’il vous plait ». Reste à savoir si cet appel au calme du Général sera entendu.

Dernière modification le vendredi, 02 novembre 2018 06:50

Commentaires

  • Aucun commentaire sur cet article.
Veuillez vous connecter pour proposer un commentaire
Aller en haut